Le compostage collectif

Initié en 2010 avec une expérimentation à la Caserne Bongeot à Guéret, le compostage collectif s’est, depuis, largement vulgarisé. Les dernières années ont été marquées par un fort déploiement des sites de compostage collectif qu’il s’agisse d’habitat vertical ou de restauration collective. Retour sur une aventure qui fédère villes et villages !

site compostage collectif

Le compostage collectif : qu’est-ce que c’est ?

Même dans les zones de vie collective, il est possible de composter ses biodéchets ! L’objectif est le détournement de ces déchets de l’enfouissement pour une valorisation en compost, appliqué à un ensemble d’habitat collectif.
Le compostage collectif, c’est mettre en commun les biodéchets produits par un immeuble ou un restaurant scolaire par exemple, pour les valoriser là où cela n’était pas encore possible il y a quelques années.
En effet, si la pratique du compostage s’est largement diffusée dans les maisons individuelles, où l’activité du potager a trouvé naturellement sa place, elle l’est beaucoup moins sur l’habitat ou les structures d’accueil collectifs, comme les immeubles, les EPAHD,…etc.

Et comment ça marche ? - L’exemple en pied d’immeuble

Des moyens simples existent pour que les habitants déposent dans des composteurs placés en pied d’immeuble leurs déchets de cuisine et restes de repas.
•    L’objet incontournable : le bioseau !
Ce petit seau placé dans la cuisine accueille les biodéchets produits par le foyer (marc de café, épluchures, essuie-tout…). Et une fois rempli, les habitants le vident sur le point de compostage collectif situé en bas du bâtiment, lorsqu’ils quittent leur appartement pour rejoindre le rez-de-chaussée.
•    Le geste clé : 1 seau de biodéchets = 1 seau de broyat !
Lors de chaque dépôt de biodéchets, les habitants ajoutent un seau de broyat de déchets verts. Car pour obtenir un bon compost, l’apport en azote des déchets verts est important. Générer cet apport à partir de déchets verts broyés est la solution la plus efficace.
•    Et ne pas oublier d’aérer et remuer !
Lors de chaque dépôt de biodéchets, les habitants remuent le compost en formation avec un  aérateur, sorte de pic qui sert à remuer et aérer l’ensemble. Le rôle de l’air est primordial dans la décomposition des matières et la fabrication d’un bon compost.

L’action d'Evolis 23

Composter au quotidien, c’est détourner les déchets fermentescibles des ordures ménagères et réduire annuellement de 1/3 le volume de ces dernières. 400 tonnes de biodéchets recyclés grâce au compostage ont ainsi allégé les poubelles d’ordures ménagères d'EVOLIS 23, depuis le début du programme.

Depuis trois ans, sur le territoire d'EVOLIS, près de 60 sites de compostage collectif ont été installés et une quarantaine est encore prévue pour 2014.

Deux types de sites ont été mis en place :

-    le compostage en habitat collectif
Avec l’installation de composteurs en pieds d’immeubles (sites de Puycharraud, Brésard, Olivier de Pierrebourg, Charles de Gaulle, Sylvain Blanchet, Madeleine Chapelle,...), les personnes vivant en appartement peuvent dorénavant composter leur biodéchets.

-    le compostage en restauration collective
Des collèges (Bénévent l'Abbaye, Saint Vaury,...), des écoles primaires (Dun le Palestel,  Saint Fiel, Sainte Feyre, Anzème,...), des EHPAD (Marsac, Bussière Dunoise,...), le restaurant privé "Chateau de la Cazine" à Noth et le Centre de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelle de Noth se sont équipés de composteurs pour valoriser les déchets de préparation de cuisine, mais également les restes de repas des élèves et des résidents.

Ces deux modes de compostage à grande échelle nécessitent toutefois un approvisionnement en broyat (déchets verts broyés) et un suivi régulier qui a demandé la formation du personnel des établissements volontaires, ainsi que la création d’un emploi a Evolis 23.

Le compostage collectif, en chiffres, sur le territoire d'Evolis 23, c’est :
-    109 tonnes de déchets détournés de 2009 à 2013, par le compostage en habitat collectif,
-    109 tonnes de déchets détournés de 2009 à 2013, par le compostage en restauration collective,
-    plus de 140 nouvelles tonnes de biodéchets à détourner en 2014, par rapport à l’année 2013.