Il est rappelé aux usagers d’Evolis 23 que les bacs d’ordures ménagères et de recyclables, doivent être sortis la veille du jour de collecte.

En effet, des modifications peuvent intervenir ponctuellement sur les tournées, changeant de fait l’heure habituelle de collecte.

Tout bac sorti après le passage de la benne devra attendre la prochaine collecte.

Une erreur s’est glissée dans les calendriers « zone » de Guéret (uniquement accessible en téléchargement sur le site internet). 

En effet, sur Guéret, le rattrapage des jours fériés est effectué le lendemain et non le vendredi suivant, comme indiqué précédemment sur lesdits calendriers. 

Cette erreur affecte les calendriers des zones B, C, E, G et H.

Ces calendriers ont été modifiés et vous pouvez retrouver les versions en ligne corrigées ici : https://www.evolis23.fr/teomi/jour-collecte-2/

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée. 

Du 26 mars au 10 avril, Evolis 23 fête le compost à l’occasion de l’opération nationale « Tous au compost ! ». Durant 2 semaines, l’activité de compostage sera à l’honneur, avec des ateliers, des événements, des post thématiques, …

 Trouver les activités proches de chez vous 

Qu’est-ce que le compostage ?

Le compostage est un procédé biologique qui permet, grâce à l’air et l’action de micro-organismes, la dégradation des déchets organiques et l’obtention d’un compost. Composter permet de détourner les biodéchets de sa poubelle d’ordures ménagères et de produire gratuitement et localement un terreau naturel de qualité sans utiliser de produits chimiques. Il s’agit donc simplement d’une transformation des déchets en un excellent terreau.

Des animations à Guéret : Le compost au printemps !

Les composteurs collectifs sont les stars de cette animation, où l’on apprend quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour composter collectif ! Cet atelier abordera les bases de la science botanique, afin de réaliser l’importance du compost pour la richesse des sols et des écosystèmes :  la graine, le semis, la plante. Une distribution gratuite de bioseaux et de compost mûr est également prévue.

Le planning des animations :

  • Le 30/03 de 16h30 à 18h30 sur le site de compostage des immeubles Sylvain Blanchet à côté de l’arrêt de bus.
  • Le 23/04 de 16h30 à 18h30 sur le site de compostage des immeubles rue des Tanneries.
  • Nouvelle date : Le 27/04 de 16h30 à 18h30 sur le site de compostage des immeubles d’Olivier Pierrebourg.
  • Nouvelle date : Le 11/05 de 16h30 à 18h30 sur le site de compostage des immeubles Charles de Gaulle (derrière l’immeuble n°16).

>> Inscriptions atelier thématique et plus d’informations à compostage@evolis23.fr

Expérimentation en cours !

A la suite de ces animations, des plantes dites « antirongeurs » (auxquelles on reconnaît des vertus répulsives sur les rongeurs, comme la menthe poivrée, l’angélique, …) seront plantées sur plusieurs sites de compostages collectifs sur lesquels des nuisibles ont été vus. Si le test se révèle concluant, le dispositif pourra être étendu à d’autres sites. 

Le problème de nuisibles est minoritaire et ne concerne que certains sites dont l’entretien est mis en difficulté par un niveau d’utilisation important et inégal. 

Dans tous les cas (et même chez vous, avec vos composteurs individuels), nous rappelons que la solution la plus efficace contre les nuisibles reste de respecter les règles simples du compostage : étaler et brasser la matière organique régulièrement (plusieurs fois par semaine), mélanger les biodéchets avec le broyat végétal lors de chaque dépôt et veiller à l’équilibre de son compost !

Ainsi, lorsque le composteur est correctement utilisé le problème ne se pose pas !

RDV sur les réseaux sociaux pour vous aider à mieux composter !

Evolis 23 a rassemblé un ensemble de vidéos de bonnes pratiques pour être un as du compost !

Evolis 23 a également concocté un ensemble de posts thématiques à suivre sur Facebook tout au long de l’opération.

 Suivez-nous sur Facebook  

Articles liés au compostage :

Alors, c’est parti pour « Tous au compost » !

Quelques conseils pour régler les problèmes couramment rencontrés :

SymptômesProblèmes possiblesAction(s)
Odeurs> Arrosage excessif
> Sol trop compact 
> Trop d’azote
Ajoutez des matières comme de la sciure pour absorber l’excès d’humidité ; retournez le tas plus souvent ; couvrez le tas quand il pleut ; ajoutez de la matière carbonée
Le tas ne chauffe pas assez>Tas trop petit
>Pas assez d’humidité pas assez aéré 
> Azote en quantité insuffisante
Ajoutez plus de matières organiques et agrandissez votre tas ; humidifiez davantage lorsque vous retournez le tas ; ajoutez directement de l’eau au centre du tas en y introduisant le tuyau d’arrosage ; ajoutez des matières azotées
Le tas est trop chaud (la température est supérieure à 65 °C)> Aération insuffisante ou manque de matières carbonéesRetournez le tas plus souvent pour l’aérer ; ajoutez davantage de matières carbonées comme de la sciure, des enveloppes de maïs ou des feuilles mortes
Seul le centre du tas est humide> La pile est trop petiteAjoutez davantage de matières à votre tas, en veillant à faire des couches et à maintenir le ratio idéal carbone/azote
Les rongeurs attaquent régulièrement votre tas> Déchets de viande
> Mauvais équilibre carboné / azoté
Retirez les matières qui se compostent mal comme les déchets de viande ; protégez votre pile de compost des animaux en l’entourant de grillage et en le bâchant sur le dessus ; veillez à bien aérer régulièrement le tas en le remuant
Les déchets volumineux prennent plus de temps pour se décomposer>Surface trop largeRetirez des matériaux de la pile et coupez-les, hachez-les ou broyez-les.
Réduisez la surface.

Source : https://fr.wikihow.com/faire-un-tas-de-compost

Comment se forme le compost ? C’est grâce à l’action des nombreux insectes et micro-organismes qui vont venir « manger » les déchets, transformant les matières organiques fraîches en humus riche en minéraux et constituant ainsi, un excellent terreau.

Les bactéries thermophiles et les champignons

C’est la première étape, les bactéries sont invisibles à l’œil nu, mais on peut les déceler grâce à la température que se dégage du compost. Plus c’est chaud, plus elles sont nombreuses. Elles attaquent les cellules végétales de matière fraîche et humide pour se nourrir de leur sucre. Se faisant, elles chauffent le tas, l’eau s’évapore, et le volume des déchets diminue.

Les champignons prennent ensuite le relai, et recouvrent les matières en transformation de mycelium, une poudre blanche fongique qui élimine les fibres de bois et de feuilles.  

Les vers de terre

On en distingue deux types : les vers rouges (Eisenia fetida) qui vont venir manger tous les déchets organiques, et les vers de terre communs, qui eux, mangent la terre et créent ainsi les galeries empruntées par le reste de insectes du compost.

Les moucherons

Ils adorent les biodéchets sucrés et humides à la surface du compost. Pour éviter leur prolifération, pensez à recouvrir systématiquement vos apports organiques avec de la matière sèche et carbonée (des feuilles mortes par exemple).

Les larves

Les larves de mouches soldats ou encore celles de la cétoine dorée (coléoptère dorée) se développent et s’épanouissent au sein du compost. Elles dévorent les biodéchets, et c’est leurs crottes qui donnent l’aspect caractéristiques de marc de café au compost.

Au moment des retournements ou des récoltes, il faut toujours remettre les larves avec soin dans la matière organique une fois le composteur remis en place.

Les insectes fragmenteurs

Plusieurs insectes œuvrent à la fragmentation des résidus organiques et carbonés du compost et permettent ainsi une meilleure décomposition. On note la présence de collemboles (folsomia candida), de minuscules insectes blancs qui vivent en colonie, ou encore celle des cloportes qui s’occupent notamment des brindilles et petit bouts de bois.

Mais encore : des iules, mille-pattes, perce-oreilles, gendarmes, …

Les habitants du composteur

Un bac à compost peut également servir d’abris à toute une faune de petits animaux :

  • Araignées, crapauds, mulots, hérissons, …

Inutile de les déloger, il faut bien évidemment les laisser tranquille, d’autant que certaines de ces espèces sont protégées !

Pour faciliter le travail de tous ces acteurs du compost, pensez bien à couper et émietter les déchets organiques avant de les jeter. En outre, il faut varier les apports (organique et carboné) et veiller à aérer et mélanger régulièrement le tas.

Le verre se collecte dans des colonnes à verre. Sont acceptés uniquement les bouteilles, pots et bocaux en verre.

 > Voir la liste des colonnes à verre disposées sur le territoire. < 

Colonne à verre

Une fois collecté, le verre est stocké à Noth puis acheminé vers des usines de recyclage du verre où il sera broyé et en calcin pour être retransformé en objet.

Collecter ses piles, c’est facile ! Toutes les piles et petites batteries usagées se recyclent, y compris les piles rechargeables.

> Des boîtes à piles sont installées sur chaque point de collecte du verre (se référer à la liste ci-dessus).

> Des dépôts de piles sont présents dans toutes les déchèteries du territoire

De plus, la plupart des grandes surfaces et en règle générale, tous les magasins qui commercialisent des piles sont tenus de reprendre les piles et petites batteries usagées gratuitement.

 Trouvez le point de dépôt le plus proche de chez vous  

RECYCLER SES PILES, C’EST UTILE ! Jusqu’à 80 % des métaux contenus dans les piles et petites batteries sont extraits et réutilisés dans l’industrie.

Corepile

Les lampes qui se recyclent portent toutes le symbole « poubelle barrée », elles ne doivent pas être jetée ni dans les ordures ménagères, ni dans les colonnes à verre.

  • En déchèterie dans les bacs de recyclage
  • Dans les magasins commercialisant des lampes (commerce de proximité, grande surface, magasin de bricolage,…)

 > Trouver un point de collecte près de chez vous < 

Les lampes collectées auprès des déchèteries en magasins sont prises en charge par Ecosystem, l’éco-organisme à but non lucratif qui organise la collecte et le reyclage des lampes usagées en France. Ces opérations sont financées par l’éco-contribution, payée lors de l’achat d’une lampe neuve. Les lampes se recyclent à plus de 90% de leur poids.

Aller plus loin : 
> Que faire de mes ampoules et lampes ? 
> En savoir plus sur le recyclage des lampes
Filière ampoules