Que faire de ses pneus usagés

L’opération de récupération de pneus gratuite en déchèterie vient de se terminer. En deux semaines, c’est plus de 2 caissons qui ont été remplis, soit près d’un millier de pneus !

Le besoin est réel et de nombreux usagers ne savent pas comment se débarrasser de leurs anciens pneus. L’occasion de revenir sur les conditions de reprise des pneus usagés, et sur le fonctionnement de la filière de valorisation.

Que faire de mes pneus usagés ?

Légalement, ce sont les producteurs ou importateurs de pneus qui sont responsables du traitement des pneus usagés. Les distributeurs (garages, centres autos…) doivent assurer une reprise gratuite des pneus. Ils sont chargés de les stocker avant de les remettre à l’éco-organisme, ALIAPUR, en charge de la filière sur notre territoire.

Concrètement, sur la facture de votre pneu neuf, il y a 1.28€ d’éco-contribution. Cela veut dire que vous payez directement à l’achat de votre nouveau pneu, le traitement et la reprise de votre ancien pneu. C’est cette éco-contribution qui permet de financer la filière de gestion, traitement, revalorisation ou recyclage des anciens pneus. 

La personne qui vous vend un pneu neuf, doit vous reprendre l’ancien pneu.

Pourquoi la collecte des pneus n’est-elle pas assurée par Evolis 23 ?

Car l’éco-contribution va à l’éco-organisme, en charge de la filière de revalorisation. Evolis 23 ne reçoit pas de financement dédié à cette filière (contrairement aux emballages ou aux meubles par exemple), et n’a pas ce rôle qui est assumé par l’éco-organisme en question.  

Ainsi, si des opérations peuvent être organisées ponctuellement pour aider les usagers, la récupération des pneus ne peut toutefois pas être prise en charge par Evolis 23 de façon pérenne.

En effet, cela reviendrait à faire payer deux fois le consommateur pour ce service, à l’achat du pneu (via l’écocontribution) et via la TEOM (le mode de financement d’Evolis 23). Cela reviendrait aussi à faire payer les usagers qui n’achètent pas de pneus pour ceux qui en achètent (via la TEOM, payée indifféremment par tous les habitants du territoire).

C’est la raison pour laquelle il n’est pas soutenable qu’Evolis 23 (et donc ses usagers) pallie au manque de financement par les metteurs sur le marché de leur gestion des déchets.

A titre d’exemple, l’opération de Guéret a couté 8000€ à Evolis 23 (le salaire des agents en charge de l’opération, la collecte, le transport des pneus, la location des caissons, l’organisation, …) pour deux semaines de récolte.

Le recyclage des pneus

Les pneus récupérés pourront être recyclés (rechapage, granulés, isolant, …) ou valorisés énergiquement.

FAQ

Que faire des anciens pneus qu’on avait déjà avant l’obligation de reprise ?

Actuellement, c’est la règle du 1 pour 1 qui prime, la règlementation imposant aux distributeurs « de reprendre gratuitement les déchets de pneumatiques dans la limite des tonnages et des types de pneumatiques qu’il a lui-même vendus l’année précédente. »

Que faire quand le fournisseur ne veut pas reprendre les pneus ?

Les garagistes et vendeurs de pneus ont l’obligation légale de reprendre vos anciens pneus si vous leur en achetez des neufs, même si vous ne les leur faites pas monter.

Selon l’Article R543-152 du Code de l’Environnement : « Est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 3e classe (68€) le fait pour les distributeurs de ne pas procéder aux opérations de reprise des déchets de pneumatiques dans les conditions définies à l’article R. 543-142 ».

Que faire quand on achète les pneus sur internet ?

C’est pareil ! Vous devez être en mesure de renvoyer vos anciens pneus. Renseignez-vous bien sur les conditions de reprise avant l’achat ! Et assurez-vous d’acheter vos pneus en France où la règlementation est en rigueur.

Et les pneus agricoles ? (ensilage)

L’association Ensivalor a été créée pour proposer aux exploitants agricoles qui souhaitent se débarrasser de leurs pneus usagés pour l’ensilage un dispositif d’aide à la reprise de ces pneus : cofinancement des coûts de collecte / traitement à hauteur de 50 % jusqu’à 15 000 tonnes par an.

En savoir plus :
https://aliapur.fr/fr/reglementation-et-obligations.html 
https://www.ecologie.gouv.fr/pneumatiques-usages